appel à contributions

Dans l’environnement mondialisé de l’entreprise la question du langage et de la communication se pose de manière centrale et non plus périphérique. Les langues pratiquées au quotidien dans le contexte professionnel ne peuvent plus être considérées comme un simple code transparent et neutre qu’il suffirait au praticien d’acquérir et de reproduire sur le modèle de la compétence du « native speaker ». Le lieu de travail est devenu multilingue, l’utilisation du langage devenu hybride. L’entreprise est confrontée à tous les échelons aux questions qui relèvent de la pratique de la langue en situation (professionnelle) et en contexte (multilingue et multiculturel). Ainsi les chercheurs ont développé le concept de « language operative capacity », constitué des ressources linguistiques disponibles dans l’entreprise de telle sorte que celle-ci puisse les utiliser de manière pertinente selon le contexte et en fonction de la demande existante au sein de l’organisation dans son ensemble.

Sensibiliser enseignants et étudiants à la question du langage, à l’usage des langues en relation avec le contexte interculturel et aux différences culturelles dans le management international, constitue la finalité de cette journée à l’attention des spécialistes des langues et du management ainsi qu’aux étudiants de Master des Business Schools en France.
Les différentes propositions s’organiseront sous forme d’ateliers et de forums. Chaque atelier sera l’occasion de partager de nouvelles pratiques dans le domaine de l’enseignement des langues et les forums d’échanger entre praticien, chercheur et professionnel sur la pratique de l’enseignant et sur la communication linguistique dans l’entreprise.

Modalités de transmission des propositions
Les propositions de communication sont à télécharger sur le site du GEM&L http://geml.eu/ pour le 25 septembre 2017 au plus tard.
Ces propositions (en français ou en anglais) doivent contenir :

  • Une présentation du ou des auteurs
  • Des mots-clés (6 maximum)
  • Un résumé (300 mots maximum), précisant l’objet du travail présenté, les méthodes utilisées et les résultats obtenus.

Les auteurs seront informés de l’acceptation ou du refus de leur proposition le 2 octobre 2017 au plus tard.