Programme

Approches multiples du langage en situation :

Implications théoriques, pratiques et pédagogiques

 

Jeudi 19 octobre 2017

IESEG School of Management

Parvis de la Défense, Campus de la Grande Arche,

1, Promenade de l’Arche, 92.800 Puteaux. La Défense

92800 PARIS

PROGRAMME DE LA JOURNEE

8h30 – 9h30                   Accueil

9h30 – 10h15                 Conférence 1  Amphi P121

                                       Sierk Horn, FH Vorarlberg, Austria, Professor of International Management

                                        Language, Lies & Liability:  Stereotypes and Confidence in Work Environments

10h30 – 11h15              Conférence 2 Amphi P121

                                     Jean-François CHANLAT, Université Paris-Dauphine

                                     Langue et pensée dans le champ européen de la recherche en gestion : plaidoyer pour un pluralisme linguistique et la traduction

11h15 – 11h45              Pause-café

11h45 – 12h30              Atelier 1                          SALLE P124

Patricia Tehami        11h45-12h05EM StrasbourgEnhancing Students’ Cross-Cultural Understanding and Employability Through Storytelling
Hella Ithurbide         12h10h-12h30IESEGEnseigner les langues de façon interdisciplinaire  

12h45 – 14h15              Déjeuner offert par l’IESEG

14h30 – 15h30              Atelier 2                          SALLE P122

Rosa Elena Garcia Arguelles   14h30-14h50IESEG – ENPCComprendre et gérer la diversité culturelle : l’expatriation vers les pays hispanophones des diplomates économiques Français
Fiona Rossette                           14h50-15h10Université de Paris X NanterreLangues et pratiques du discours au travail : la prise de parole en public  
Jette Milberg Petersen             15h10-15h30Laboratoire LAIRDILLa richesse du savoir comprendre à l’écrit une langue étrangère dans un contexte de travail plurilingue

15h30                              Pause-café

16h00 – 17h00              Forum : Approches multiples du langage : Diversité de témoignages.

Catherine DEMONGEOT, Coordinator IESEG Center for Intercultural Engagement. Academic Director Executive MBA.

Thibault HENRY, Retail, Logistics and IT manager- Decathlon Canada

Betty BEELER, Professeur associé Ecole des Mines de Saint-Etienne

Shannon DOYLE d’AVOUT, Management Consultant – UMANIS Data    Consulting

Bohdan PAWLYSZYN, Head of Languages IÉSEG

Sacha BERTRAND, Etudiant en Master, IESEG.

17h00 Clôture

Informations pratiques

La journée se tiendra le Jeudi 19 octobre 2017 à l’IESEG School of Management. 1, Promenade de l’Arche. 92.800 Puteaux. La Défense (Plan d’accès).

Les frais d’inscription s’élèvent à 35€ (plein tarif) ou 20€ (tarif personnel IESEG non communicant) et couvrent les repas.

Clôture des inscriptions : 15 octobre 2017 à 23:59:59

Renseignements pratiques : b.pawlyszyn@ieseg.fr   c.campillo@ieseg.fr

ABSTRACTS DES ATELIERS 

Patricia TEHAMI, EM Strasbourg Business School – University of Strasbourg

Expatriation et employabilité: Le Storytelling comme outil d’appréhension de l’expérience interculturelle et de communication sur soi.

Ma communication portera sur un atelier que j’ai animé, en janvier dernier, à University of Western Australia dans le cadre du « Séminaire international » qui clôt un programme de double diplôme au sein d’un consortium coordonné par EM Strasbourg Business School et regroupant quatre universités partenaires : University of Adelaide et University of Western Australia, Australie, Université Corvinus, Hongrie, et Université Ca’ Foscari, Italie.

L’employabilité des étudiants est un objectif majeur de ce programme de double diplôme lancé en décembre 2013 et financé conjointement par la Commission européenne (Pays industrialisés dans l’enseignement supérieur et la formation –PCE – IPI) et le gouvernement australien. Il vise à améliorer les compétences interculturelles des participants tout en créant des synergies pour développer les échanges entre l’Europe et l’Australie au XXIe siècle. Selon les participants, les trois séminaires internationaux qui jalonnent ce cycle d’études en constituent l’un des points forts.

Lorsqu’ils tirent le bilan d’une expérience d’expatriation, la plupart des étudiants mentionnent leur adaptabilité accrue: une année d’études à l’étranger leur a « ouvert l’esprit » et « offert de nouvelles perspectives », les faisant ainsi « quitter leur zone de confort ». Enthousiastes, ils voient là autant de formules magiques censées être comprises de tous, en particulier les recruteurs, mais oublient que la notion d’adaptabilité reste vide de sens si elle n’est enrichie par la réflexion personnelle, surtout à l’heure d’une mobilité étudiante grandissante.

En vue d’aider les étudiants à mieux maîtriser leur connaissance de soi et leur communication professionnelle, l’atelier s’est déroulé en deux étapes : les « métaphores culturelles » développées par Martin J. Gannon[i] ainsi qu’une brève sélection d’extraits littéraires ont d’abord permis aux étudiants d’approfondir leur appréhension de spécificités culturelles ; les techniques du « storytelling » -l’accent étant mis sur les métaphores – leur ont ensuite servi à communiquer sur leurs nouvelles connaissances, compétences, attitudes et valeurs pour l’international.

1 Gannon, Martin J. Cultural Metaphors. Metaphorical Journeys Through 28 Nations, Clusters of Nations, and Continents. 3rd ed. Thousand Oaks, Calif.: Sage Publications, 2004.

MOTS CLES : Prise de conscience interculturelle, Employabilité, Métaphores, Storytelling.

 

Hella ITHURBIDE, IESEG School of management/ESSEC

 « Enseigner les langues de façon interdisciplinaire »

Professeur d’allemand à l’Iéseg depuis 2009 et également à L’ESSEC depuis 2012, avec une expérience professionnelle dans l’audit après avoir fait des études en école supérieure de commerce en Allemagne, ce projet nous tient à cœur dans le but de faire avancer l’enseignement des langues en école de commerce, à la recherche permanente d’innover pour rendre les cours de langue plus intéressants et attractifs. Savoir utiliser la langue cible dans un contexte professionnel, nécessite une évolution vers de nouveaux concepts pour l’enseignement dans le supérieur (école de commerce) au profit de futurs managers et d’entreprises.

L’objectif général de ce projet est de faire face à des situations plus complexes dans un monde qui se voit confronté à des problèmes qui sont rarement à résoudre « par discipline ».

Trouver des réponses semble d’être indispensable pour rendre les futurs managers plus polyvalents, plus souples en tant qu’acteurs confrontés à des situations professionnelles complexes.

L’interdisciplinarité ne doit pas seulement être appliquée dans les disciplines scientifiques, sociales et politiques. Les langues prennent une place de plus en plus importante dans les écoles de commerce en France.

L’interdisciplinarité entre langues et autres disciplines complètera le profil du futur manager dans différents domaines.

Une définition de ‘L’interdisciplinarité’, la vision du projet, la mise en place entre disciplines, professeurs et différents acteurs de l’école seront exposés.

Le suivi de l’évolution vers un processus d’évaluations (évaluations par des professeurs, des étudiants et des entreprises, organisation de séminaires/réunions d’information) forme la prochaine étape.

Un exemple, notamment la mise en place d’un module rapprochant « ‘négociation’ en cours d’allemand Master et  ‘négociation’ en spécialisation Master» nous démontrera une première approche à court terme. La suite sera brièvement exposée. Il s’agit d’un deuxième module prévu pour le Marketing.

Dans une dernière partie de l’atelier, nous pourrions nous échanger : expériences/ suggestions/ des questions à se poser/ l’état d’esprit que la mise en place du projet nécessitera/ quel nom pour le projet/ développer des cursus interdisciplinaires – Masters spécialisés/  ? …..

MOTS CLES : Complexité, Challenge, Innovation, Prise de Conscience, Implémentation et Interdisciplinarité.

 

Rosa Elena GARCIA ARGUELLES, IESEG School of Management

Comprendre et gérer la diversité culturelle : l’expatriation vers les pays hispanophones des diplomates économiques Français.

Notre approche pédagogique est orientée à la mise en place de programmes pour le développement des compétences spécifiques dans le cadre des formations sur mesure en espagnol de spécialité pour le Ministère des Finances.

Nous partageons des pratiques dans le sein des formations d’espagnol de spécificité en « diplomatie économique » dispensées aux cadres supérieurs qui sont nommés en poste ou en mission temporaire dans des pays hispanophones. Nous ciblons le développement de compétences interculturelles dans des contextes nationaux et institutionnels spécifiques, tels que la section économique d’une ambassade, les banques, des institutions internationales, ou des rencontres d’analyse et de conseil financiers avec le ministère de l’économie.

Dans cet atelier nous aborderons les méthodes et grilles de travail nous permettant de prendre en compte une communication interculturelle et un style de management adapté aux contextes et aux interlocuteurs hispanophones, que ce soit en Espagne ou en Amérique Latine.

MOTS CLES : diversité culturelle, management international, espagnol de spécialité, langue en situation professionnelle, compétence interculturelle.

Références bibliographiques :

AGUIRRE BELTRÁN B. (2012) aprendizaje y enseñanza del español con fines específicos. Madrid SGEL.

BOSCHE M., (1993) Le management interculturel, Paris. Editions Nathan.

BOURGUINON C. (1998) La communication professionnelle internationale – contrainte et liberté, Paris, Éditions de l’Harmattan.

MAYRHOFER Ulrike (2017) Management interculturel. Comprendre et gérer la diversité culturelle, Paris, Editions Vuibert.

 

Fiona ROSSETTE, Université de Paris X Nanterre. 

Langues et pratiques du discours au travail : la prise de parole en public

Contrairement à ce qu’on pourrait attendre dans une société de plus en plus technique, la prise de parole en public reste une dimension essentielle de la vie professionnelle. De nouveaux formats de production et de diffusion apparaissent. Dans cet atelier, après avoir évoqué les principales contraintes et les compétences requises pour ce type de communication, on se focalisera sur sa dimension interculturelle. Seront comparés quelques exemples significatifs de prise de parole en contexte professionnel (ex « keynote », assemblée générale des actionnaires…), tirés des contextes américain et français.

 

Jette MILBERG PETERSEN, Chercheur associée au laboratoire Lairdil. Université Paul Sabatier – Toulouse III

La richesse du savoir comprendre à l’écrit une langue étrangère dans un contexte de travail plurilingue.

L’analyse réalisée sur un Réseau Social d’Entreprise (RSE) du groupe GDF SUEZ (aujourd’hui Engie) avait comme objectif de repérer et de comprendre les difficultés des utilisateurs à communiquer “à cause des langues”. Nous souhaitions également vérifier si la pratique langagière consistant à interagir chacun dans sa langue pouvait les intéresser.

Méthodes utilisées

Une recherche-action[1] fut divisée en deux parties :

  1.          I.            Recherche-action “chercheur” : recueils de données d’abord dans les profils (répertoires linguistiques auto-déclarés), ensuite dans les post (pratiques langagières réelles);

II.            Recherche-action “interactive”, dont la création d’un groupe thématique pour débattre sur les questions linguistiques et la communication sur le RSE, et passation d’un questionnaire sur la base d’une approche psychosociale.

Résultats obtenus

Des membres du RSE peuvent éviter de participer aux échanges écrits sur l’espace collaboratif pour les raisons suivantes : ils pensent devoir répondre à un message dans la même langue que celle utilisée par son auteur, ou croient ne pas être concernés par un message si celui-ci n’est pas rédigé dans leur langue, ou bien craignent ne pas obtenir de réponse s’ils rédigent leur post dans leur langue maternelle. Ces attitudes et les comportements langagiers qui en découlent expliquent en partie le faible usage du RSE. La majorité des répondants ont dit ainsi avoir besoin d’une formation linguistique, et à notre question pour savoir si oui ou non ils souhaitaient suivre une formation à l’intercompréhension – pour apprendre à comprendre plusieurs langues à l’écrit -, leurs réponses furent positives : un répondant est sans opinion, cinq ont rejeté une telle formation, six ont voulu en savoir plus, et 21 répondants, soit 63,6%, ont répondu oui. Le programme d’une formation en cours de préparation sera présenté.

MOTS CLES : diversité linguistique, communication écrite, insécurité linguistique, représentations sociales du plurilinguisme, intercompréhension.

Références

Conseil de l’Europe (2005), Cadre européen commun de référence pour les langues (C.E.C.R.L.), Paris, Ed. Didier, pp 57-60.

Degache, Christian et Mangenot, François (2007) ss Dir., Échanges exo-lingues via Internet et appropriation des langues-cultures, Lidil n° 36, Déc 2007, Grenoble.

Escudé, Pierre et Janin, Pierre (2010), Le point sur l’Intercompréhension, clé du plurilinguisme, Paris, Ed. Bernard Delcord.

Miriadi : https://www.miriadi.net/.

Mondes Paralelles : https://mondes-paralleles.org.

Mourlhon-Dallies, Florence (2008), “Des ressources linguistiques dans les entreprises”, in Rencontres 2008, Multilinguisme, compétitivité économique et cohésion sociale, Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF), pp 29-31.

Ollivier, Christian (2013), “Tensions épistémologiques en Intercompréhension”, in Les cahiers de l’Acedle, vol. 10, n° 1.

Petersen, Jette Milberg (2017), “Multilinguismes et enjeux des pratiques langagières sur un Réseau Social d’Entreprise. Analyse sociolinguistique”, in Corpus de communication médiée par les réseaux. Construction, structuration, analyse, Paris, L’Harmattan, Collection Humanités numériques, pp 153-176.


[1] Approche empirico-inductive “qualitative”[1] de Philippe Blanchet (2000: pp. 30-31) et l’approche des «recherches-actions situationnelles » de Hugues Bazin (2006).



[i] Gannon, Martin J. Cultural Metaphors. Metaphorical Journeys Through 28 Nations, Clusters of Nations, and Continents. 3rd ed. Thousand Oaks, Calif.: Sage Publications, 2004.